Site optimisé pour les smartphones

-A A +A
Fermeture bibliothèque

La bibliothèque de Veigné sera fermée du lundi 7 au samedi 12 mai inclus.

Ramassage déchets :

Circulation rue du Lissoir perturbée par des travaux. Points de regroupement à partir du 16/03 aux extrémités de la rue du Lissoir pour la collecte des déchets. + d'infos

Déclarer un incident avec Veigné mobile :

Veigné Mobile l'application mobile de Veigné vous offre la possibilité de déclarer directement un incident + d'infos

Lycée Fontiville :

Tous les jours en semaine, repas préparé et servi par les élèves, dans le cadre de leurs cours de cuisine et de service en salle. Information - menu en ligne sur www.fontiville.org

La légende de la Dame Blanche

Version imprimableEnvoyer par courriel

Au château de COUZIÈRES, Marie d'AVAUGOUR ou Marie DE BRETAGNE (1610-1657), fille de Claude d'AVAUGOUR, Comte de Vertus, épouse le 5 mars 1628 Hercule DE ROHAN, Prince de Guéméné, duc de Montbazon (veuf) de 42 ans son aîné. Cette nouvelle épouse, très belle, fut complice de nombreuses intrigues à la cour du roi, voire même de complots politiques (la Fronde) et d'après ses contemporains elle n'était pas un modèle de vertu.

La légende de la Dame Blanche

Cette duchesse de Montbazon mourut à peine âgée de cinquante ans, le 28 avril 1657 à Paris (et non à Couzières), d'une rougeole putride. Cette mort fait entrer dans la légende l'abbé de Rancé, son dernier amant, qui était très épris de sa belle duchesse. L'on raconte que le menuisier du village dut fabriquer à la hâte le cercueil de la duchesse, mais la défunte était de grande taille, le cercueil fut trop petit. Le temps était trop court pour se remettre à l'ouvrage, il fallu séparer la tête du reste du corps.

Stupeur de l'abbé de Rancé lorsqu'il entra dans la chambre de la belle et trouva la tête déposée négligemment. Perdu dans la douleur il prit la tête et se réfugia dans son abbaye de La Trappe (dans l'Orne) La légende dit « que depuis plusieurs siècles, les soirs de pleine lune, le fantôme de la Dame Blanche erre dans les bois de Couzières comme une âme en peine à la recherche de son crâne... »